La semaine dernière, je vous faisais découvrir le charme de la ville haute et fortifiée de Boulogne-sur-Mer. Vous avez beaucoup apprécié, c’est pourquoi aujourd’hui je vous propose de descendre dans la partie basse.

David Walker - Boulogne-sur-Mer

SOMMAIRE

  1. L’art urbain au service de la ville
  2. Du street-art oui, mais pas sans conditions !

 

L’art urbain au service de la ville

Certes, cette partie de la ville semble bien moins jolie et beaucoup plus bétonnée, mais il faut savoir que Boulogne a énormément souffert de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie de ses quartiers fut complètement rasée. Il était donc nécessaire de reconstruire très rapidement pour reloger la population le plus tôt possible, ce qui explique cette architecture très carrée et bien moins charmante.

Face au manque d’attractivité de la ville basse, la Mairie de Boulogne-sur-Mer eut l’idée de lancer un premier festival d’art urbain pour animer ses façades et leur donner un brin de modernité. Puis un deuxième qui a débouché cette année sur une troisième édition et qui a d’ailleurs remporté un franc succès auprès des visiteurs cet été.

Boulogne-sur-MerLonac - Boulogne-sur-Mer

C’est à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine que nous avons profité du parcours street-art avec guide conférencier. Deux heures à déambuler dans les rues boulonnaises et à se délecter des magnifiques oeuvres proposées, ainsi que des anecdotes toutes aussi intéressantes les unes comme les autres.

A savoir que le festival refuse tout sujet à connotation sexuelle, politique ou religieuse, le but étant d’animer les murs de la ville dans le respect de tous. Ce sont donc une multitude de portraits colorés et de références à Boulogne, icônes, scènes ou œuvres mythiques qui sont repris et peints sur des façades de plusieurs étages pour notre plus grand bonheur. Le niveau de détails de certaines œuvres est parfois même très impressionnant !

Street-art Boulogne-sur-Mer

 

Du street-art oui, mais pas sans conditions !

Derrière la beauté de l’art se cachent de lourdes procédures administratives. Il faut bien évidemment trouver des murs exploitables mais surtout des propriétaires disposés à les prêter. Ce qui, selon notre guide conférencier, n’est pas toujours le cas… Sans compter l’approbation de l’architecte des bâtiments de France. De plus, après réalisation, le propriétaire s’engage à assurer l’entretien et la protection de l’oeuvre dans le temps. Ce qui veut dire que la moindre dégradation ou fissure doit être prise en charge rapidement et à ses frais.

Il faut dire que la ville a tout intérêt à conserver ces oeuvres le plus longtemps possible, notamment pour la renommée qu’elles lui octroient. Boulogne-sur-Mer est aujourd’hui référencée parmi les 220 villes mondiales de street-art et accueille des artistes prestigieux, reconnus à l’international, tels que le brésilien Kobra. Notre guide rappelle d’ailleurs la chance d’avoir des artistes aussi renommés, ceux-ci étant rémunérés 3000 euros chacun pour leur venue (matériel inclu) et bien souvent sollicités pour bien plus d’argent.

Antonio Segui - Boulogne-sur-MerCase Maclaim - Boulogne-sur-Mer

Au travers des différentes fresques, les références à l’histoire de Boulogne-sur-Mer sont nombreuses : du libertador San Martín à la destruction de la ville sous la Seconde Guerre, sans parler des portraits de pêcheurs… difficile de les louper. Et si vous prêtez attention, il n’y a pas que les murs qui ont finis par être graffés 😉

Le projet prenant de l’ampleur et accueillant toujours plus de visiteurs, la ville réfléchit déjà à une 4ème édition mais souhaite intensifier la participation des écoles et des associations car, selon le chargé de projets, “le street-art n’est pas uniquement réservé aux artistes connus, il est à la portée de tous même si ce n’est pas au goût de tout le monde“.

Eduardo Kobra - Boulogne-sur-Mer

En attendant cette 4ème édition, il est toujours possible de profiter de ce parcours street-art en téléchargeant le dépliant mis à disposition à l’adresse suivante : https://www.ville-boulogne-sur-mer.fr/street-art/le-parcours/

Cet article te plaît ? Alors n'hésites pas à le partager :