Fin avril, nous avons décidé de prendre le large le temps d’un week-end, histoire de décompresser et faire le plein de bonnes ondes positives. Pour cela, nous avons pris la route avec Cardetour, une marque de voyages en autocar qui propose plus de 130 voyages chaque année au départ de la métropole lilloise.

Nous sommes donc partis à 6h30 de Wavrin, petite commune à 20 minutes de Lille, pour un week-end à la découverte des Châteaux de la Loire. Au programme : visites des châteaux de Chambord, Villandry et Chenonceau, mais aussi de la Cave de Vouvray et ses 3 kilomètres de galeries troglodytiques. De quoi en prendre plein les yeux…

Châteaux de la Loire - Cardetour

L’avantage de partir en autocar, c’est que pour une fois on ne se soucie pas des aléas de la route et on profite à fond. Alors certes, avoir un programme défini et des horaires à respecter peut être contraignant… mais quand vient la fatigue, on est finalement bien contents de se laisser conduire et fiers de faire partie de la #TeamSansVoiture parce que les voyages/transports en groupe sont tout de même plus écolos que de partir chacun dans son coin.

SOMMAIRE de ce road-trip :

JOUR 1 :

JOUR 2 :

 

JOUR 1 : Visite du Château de Chambord et de la Cave de Vouvray

Un patrimoine d’exception : le Château de Chambord

Après 5h de route, nous voilà arrivés dans le Loir-et-Cher. Quelle joie de se retrouver face à un tel joyau du patrimoine français, une pure merveille que je rêvais de découvrir : le Château de Chambord.

Château de ChambordChâteau de Chambord

Construit à la demande du roi François 1er en 1519 et aujourd’hui reflet de la toute puissance de ce dernier, Chambord est le plus vaste de tous les châteaux de la Loire et ne faillit pas à sa réputation, il est incontournable !

Classé “Monument Historique” et reconnu “Patrimoine mondial” par la UNESCO, une bonne demi-journée est nécessaire pour profiter pleinement de son cadre majestueux et je vous recommande vivement la visite guidée. Sans audioguide, ce monument perd de son charme, surtout en intérieur avec des pièces immenses et peu voire pas du tout meublées pour certaines. Cela se justifie essentiellement par le fait que Chambord n’était pas destiné à être une résidence permanente et cela se comprend.

Chambord - François 1er

A ne pas louper :

L’escalier à doubles révolutions de Léonard de Vinci : une oeuvre ingénieuse et fascinante à la fois qui a de quoi vous rendre fou si vous essayez d’en décrypter le fonctionnement. J’ai tenté de l’expliquer mais j’en ai perdu les mots 😄 Je n’ai pu le photographier tant il y avait de monde, mais vous le découvrirez certainement mieux par vous-même…

Les appartements d’époque : je pense pouvoir affirmer que ce sont les seules pièces véritablement meublées, ce qui a tendance à décontenancer. Mais le mobilier et les tapisseries d’époque restent exceptionnels.

Chambord - Appartement

Un panorama 360° depuis les terrasses : tout simplement exceptionnel avec une vue sur les tours et leurs magnifiques détails sculptés, mais aussi l’ensemble du domaine de Chambord et ses jardins à la française.

Chambord extérieurChambord terrassesJardins à la française - Chambord

Les jardins à la française : l’aménagement de ces jardins à la française s’est principalement fait à intiative de Louis XIV. Cependant, ils ont bien failli disparaître suite à un manque d’entretien dès la Révolution. Les douves avaient fini par être asséchées et les principaux espaces n’étaient plus que gazon, fort triste pour un monument de cette envergure. Ce n’est qu’à partir de 2016 que des travaux d’aménagements ont été réalisés afin de restituer toute la beauté de ces jardins aujourd’hui labellisés “Jardin Remarquable”.

Jardins à la française - Chambord

Conseil : si vous souhaitez visiter le Château de Chambord, faites-le hors période pour en profiter pleinement car c’est un lieu qui attire énormément de visiteurs…

 

A la découverte des fines bulles de Vouvray

Et on clôture cette journée par une visite de la Cave de Vouvray. Accompagnés de notre guide, ce sont 3 kilomètres de galeries troglodytes que nous avons arpenté afin de découvrir les procédés d’élaboration du vin de Vouvray. Constamment tempérées à 13 degrés et légèrement humides, ces galeries offrent les conditions idéales à ce vin réputé pour la qualité de ses fines bulles. Il existe toutefois une autre gamme de Vouvray dit “tranquille” qui est, comme son nom l’indique, non effervescent.

Caves de Vouvray

Nous avons beaucoup apprécié découvrir cette cave dans la mesure où la visite n’est ni trop longue, ni trop courte avec une guide très sympathique. Ce sont 5 à 8 millions de bouteilles qui nous entourent au moment de la visite, un seul mot : impressionnant !

Vouvray

Après le visionnage d’un court film sur les procédés de mise en bouteille et l’étiquetage, place à la dégustation ! Plutôt généreuse d’ailleurs, un vrai moment de convivialité qui a permis à tous les voyageurs de mettre des saveurs sur ce qui avait été évoqué précédemment lors de la visite. Avec ou sans bulle, du plus sec au plus liquoreux, chacun y trouvera son bonheur. Avec modération bien sûr 😉

Le soir : nous avons été logés à l’hôtel Le Cheval Rouge à Villandry, un deux étoiles qui offre un service et une cuisine de qualité, avec des produits frais. Même si la décoration n’était pas vraiment dans nos goûts et manquait un peu de modernité, nous avons apprécié la chambre proposée avec une literie confortable et une belle salle de bain. Bref, si vous êtes de passage, c’est une adresse à conserver.



JOUR 2 : Visite des châteaux de Villandry et de Chenonceau

Château de Villandry : élégance et raffinement

L’avantage d’avoir passé la nuit à Villandry, c’est que nous étions à deux pas de notre lieu de visite matinal : le château. Et quelle surprise ce fut ! J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette demeure d’exception qui se veut plus familiale et conviviale si on la compare à Chambord.

Villandry

Erigé à partir de 1532 sous l’ordre de Jean Le Breton, ministre de François 1er, le château de Villandry est le dernier des grands châteaux qui furent construits sur les bords de la Loire pendant la Renaissance. Initialement propriété du ministre, puis de grands noms tels que le marquis de Castellane ou Jérôme Bonaparte, il fut finalement acheté par un docteur espagnol, Joachim Carvallo, et son épouse d’origine américaine, Anne Coleman. Tous deux ont beaucoup oeuvré pour donner à Villandry toute sa splendeur actuelle, notamment en ce qui concerne les jardins.

Villandry

A l’intérieur, tout a été restauré et rime avec élégance : un mobilier et une déco soignés, un parfum de fleurs fraîches flottant dans l’air en raison des nombreux bouquets qui ornent chaque pièce. J’ai rarement vu un château aussi soigné dans ses moindres détails.

Château de Villandry

Château de Villandry Levez les yeux… ou vous risquez de passer à côté de ce plafond mauresque de toute beauté.

Jardins - Villandry

A l’extérieur, ce sont 6 jardins qui s’offrent aux visiteurs : le potager décoratif, le salon d’ornement, le jardin d’eau, le jardin du soleil, le jardin des simples et le labyrinthe. Autant de noms qui en disent long sur le contenu de chacun.

Château de Villandry

Se balader dans les jardins est une vraie invitation à la détente. Comptez 2h voire 2h30 pour en profiter pleinement, ce serait dommage de bâcler une si belle visite.

 

Chenonceau, le château des femmes

L’après-midi, nous voici arrivés au château de Chenonceau, autrement désigné comme le “château des femmes” puisqu’une succession de femmes a contribué à son rayonnement, de Catherine de Médicis et le faste italien à Louise Dupin, dame du siècle des Lumières. Cependant, son histoire ne s’arrête pas là : Chenonceau accueillit également les plus grands philosophes et académiciens français, dont Jean-Jacques Rousseau, et servit d’hôpital militaire sous la Première Guerre mondiale. Vous l’avez deviné, c’est en partie pour son histoire que je l’ai beaucoup aimé.

Château de Chenonceau

A ne pas louper :

Les chambres de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis : deux figures emblématiques du château. L’une était la favorite du roi Henri II, l’autre son épouse. C’est à Diane qu’Henri offrit Chenonceau, ce qui n’a fait qu’accroître la rivalité entre ces dames. Et vous vous doutez bien que Catherine s’est empressée de récupérer le château à la mort du roi…

Chenonceau

La Galerie : elle fut le lieu de nombreuses fêtes organisées par Catherine de Médicis et offre une jolie vue sur le Cher.

Galerie de Chenonceau

Les salons François 1er et Louis XIV : des espaces créés en hommage aux deux souverains. Ils abritent un mobilier d’exception mais aussi des chefs-d’œuvres de peintres renommés tels que Rubens ou Zurbarán.

ChenonceauChenonceau

La galerie Médicis : à voir absolument si vous souhaitez en découvrir davantage sur le château. De nombreuses œuvres ainsi que de précieux documents et archives retracent l’histoire de ce château au fil des siècles.

– Les jardins Diane de Poitiers et Catherine de Médicis : l’un est à gauche, l’autre à droite. Ce qui à de quoi faire sourire quand l’on connaît l’histoire de ce château. Comme si Diane et Catherine continuaient de se défier, face à face…

Château de Chenonceau

Mais le temps est venu de reprendre la route. Un peu tristes de devoir repartir tant on aurait aimé poursuivre cette découverte des Châteaux de la Loire qui a si bien commencé, mais ce n’est qu’un au revoir ! On songe déjà à revenir pour en découvrir d’autres dont le Château d’Ussé, souvent défini comme le château de la Belle au Bois Dormant.

En remerciant Cardetour pour ce week-end riche en découvertes, nous en avons vraiment pris plein les yeux et je ne saurai que trop vous recommander de partir avec eux. L’ensemble du week-end a été plutôt bien ficellé, avec une accompagnatrice toujours très disponible et à l’écoute en cas de besoin. Si vous êtes en métropole lilloise, songez-y… se faire balader de temps en temps, c’est bien aussi 😉

 ** Cet article a été réalisé en partenariat avec Cardetour, ce qui n’entache en rien ma liberté éditoriale.

Cet article te plaît ? Alors n'hésites pas à le partager :