Tout est dans le titre et je suis sûre que cela a attisé votre curiosité. Ce n’est pas en terres polonaises que je vous emmène mais bien dans le Bassin Minier, plus précisément à Lens. J’ai eu l’occasion d‘y retourner récemment avec les copains #BlogueursHdF et l’Office de Tourisme de Lens-Liévin qui nous accueillait pour les Fêtes de la Sainte-Barbe. D’ailleurs, l’affiche de ces festivités s’habillait de fleurs folkloriques polonaises et pour cause, 2019 marquait le centenaire de la signature de la convention entre la France et la Pologne relative à « l’émigration et l’immigration ».

Cette convention signée le 3 septembre 1919 entraîna l’arrivée massive de travailleurs polonais dans toute la France et plus particulièrement dans le Bassin Minier pour relancer l’économie française. Ainsi, si vous aviez un camarade d’école ou des amis, voire de la famille d’origine polonaise, il est possible que cela soit lié à cette facette de l’histoire de notre région. Ayant grandi dans l’Aisne, je l’ignorais totalement et c’est avec plaisir mais aussi beaucoup de curiosité que je me suis laissée immerger dans cette culture qui a su marquer les terres qui l’ont accueillie.

Louvre-Lens Pologne

Vous souhaitez vous aussi faire ce voyage à deux pas de chez vous ? Alors suivez le guide 😊

SOMMAIRE :

  1. Un peu d’histoire au Louvre-Lens avec “Pologne, peindre l’âme d’une nation”
  2. A la découverte de Kazimir Zgorecki, photographe polonais
  3. Ambiance et cuisine polonaise chez “Comme chez Babcia”

 

Un peu d’histoire au Louvre-Lens avec “Pologne, peindre l’âme d’une nation”

Petite pause culturelle au musée du Louvre-Lens pour l’exposition “Pologne, peindre l’âme d’une nation » qui offre une belle rétrospective sur la peinture polonaise du 19ème siècle. En collaboration avec le musée de Varsovie, plus d’une centaine d’œuvres était présentée dans le cadre de cette expo temporaire qui commémorait par la même occasion le centenaire des relations diplomatiques entre la France et la Pologne. Une belle aubaine pour le Louvre-Lens.

Louvre-Lens PologneLouvre-Lens Pologne

J’avais déjà eu l’occasion de voir les deux précédentes expositions temporaires, Amour qui retraçait l’histoire des manières d’aimer (ma préférée pour le moment) et Homère pour un retour au cœur de la mythologie grecque. Je n’ai jamais été déçue et pour cause, le Louvre-Lens a toujours su se réinventer et proposer une approche qui s’adapte à tout public. La scénographie est toujours superbe et bien menée, c’est donc sans surprise que Pologne s’inscrit dans la même veine.

« Pologne, peindre l’âme d’une nation » est marquée par deux étapes :

❶ La disparition de la Pologne, définitivement rayée de la carte de l’Europe en 1975 suite au partage du pays entre la Russie, l’Autriche et la Prusse.

❷ La création d’une identité polonaise et l’envie de faire revivre ce pays qui, tel un phénix, a dû attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour renaître de ses cendres.

Pologne Louvre-Lens

En toute honnêteté, je ne connaissais pas cette partie de l’histoire et j’ai trouvé très intéressant de l’aborder à travers les œuvres d’artistes polonais engagés corps et âmes, espérant la renaissance future de ce pays perdu.

Certains tableaux sont incroyables du fait des techniques employées. Le travail de la lumière et des couleurs est tout simplement impressionnantes, notamment avec un des tableaux de Josef Brandt, « Le départ du Roi Jean III » qui m’a subjugué sur le soin et la luminosité de certains détails.

Beaucoup de scènes militaires et de vie quotidienne, des paysages, des portraits… D’ailleurs, une figure de la politique française devrait vous être familière : Napoléon. Et pour cause, il devint un véritable héros pour les polonais suite à la création du Duché de Varsovie en 1807, avec l’espoir de revenir à un état indépendant.

Louvre-Lens PologneLouvre-Lens Pologne

En bref, avec « Pologne », le Louvre-Lens signait une nouvelle fois une magnifique et audacieuse exposition, sombre et à la fois très colorée, permettant de (re)découvrir cette identité polonaise au passé tumultueux et ce lien historique établit entre la France et la Pologne.

« Pologne, peindre l’âme d’une nation » était visible jusqu’au 20 janvier 2020.

Louvre-Lens Pologne

 

À la découverte de Kazimir Zgorecki, photographe polonais

Pour jouer les prolongations, je vous recommandais de passer par le pavillon de verre du Louvre-Lens où se tenait l’exposition « Kazimir Zgorecki : photographier la petite Pologne » jusqu’au 30 mars 2020.

Kazimir Zgorecki Louvre-Lens

Suite à la convention signée par la France et la Pologne en 1919, de nombreux travailleurs polonais arrivent massivement dans le Bassin Minier et parmi eux, Kazimir Zgorecki.

En 1922, il s’installe à Rouvroy dans le Pas-de-Calais où il travaille par la suite comme mineur de fond durant quelques mois. Sa vie bascule en 1924 lorsque son beau-frère lui cède son studio de photographie et lui apprend les rudiments du métier. Sa carrière connait une ascension fulgurante dans l’entre-deux-guerres où il se plait à immortaliser ses compatriotes polonais dans le Bassin Minier, mettant en scène la vie polonaise, ses traditions et son histoire.

Kazimir Zgorecki Louvre LensKazimir Zgorecki Louvre-Lens

L’exposition ne couvrait que de 1924 à 1939 dans la mesure où les seules pellicules retrouvées par la petite-fille de Zgorecki correspondent à cette période.

J’ai beaucoup apprécié la scénographie : d’immenses boîtes noires dans lesquelles on va et vient, et qui nous immergent immédiatement dans l’univers du photographe polonais. De magnifiques tirages qui ne comportent pas de dates précises mais pleins de réalisme et d’une grande symbolique par l’importance accordée aux petits détails.

 

Ambiance et cuisine polonaise chez “Comme chez Babcia”

Si je vous dis « Comme chez Babcia », comprenez « Comme chez Mémé ». Autrement dit, une cuisine polonaise traditionnelle et (très) généreuse.

Comme chez Babcia - Lens

J’ai adoré l’ambiance dans laquelle nous plonge immédiatement ce restaurant avec toutes ces couleurs, les fleurs et les poupées gigognes si représentatives du pays, les costumes traditionnels. Tout transpire la Pologne et même le menu est en langue polonaise, c’est excellent ! Rassurez-vous, il y a bien entendu une traduction française et dans tous les cas, le serveur se fera une joie de vous aider même si vous vous essayez au polonais et que l’accent n’est pas vraiment au rendez-vous (c’est du vécu !) 😄

Comme chez BabciaComme chez Babcia - Lens

Nous nous sommes essayés aux bières polonaises. Ambrée avec des notes de caramel pour Kévin, blonde légère pour moi et je dois bien avouer (au risque de m’attirer quelques foudres) qu’elles n’ont rien à envier aux bières belges et françaises pour lesquelles on ne tarit pas d’éloges.

En plats, galettes de pommes de terre et viande en sauce (Placki ziemniaczane z gulaszem en polonais) pour monsieur, pains vapeurs accompagnés de viande roulée farcie et de chou rouge (Kluski na parze z rolada) pour moi, j’ai été agréablement surprise. Ce sont des plats qui paraissent simples mais qui se révèlent très généreux et gourmands, au point où je me suis contentée de deux petites boules de glace en dessert… contrairement à Kévin qui a poussé la gourmandise jusqu’au bout en choisissant le plateau de pâtisseries traditionnelles. Un plateau énorme qui a étonné toute la tablée des #BlogueursHdF, avec une mention spéciale pour le gâteau aux graines de pavot qui est une petite tuerie.

Evidemment nous avons terminé le repas par un petit shot de vodka pour favoriser la digestion. Et comme on dirait en polonais, na zdrowie !

Comme chez Babcia LensComme chez Babcia - Lens

Puis en fin de semaine, que dire de l’ambiance qui est tout simplement FABULEUSE. Tous les samedis soirs et dimanches midis, des musiciens et chanteurs viennent rythmer les repas avec des chansons du folklore polonais. Autant vous dire que vous ne resterez pas longtemps assis, nos voisins se sont immédiatement levés pour danser et c’est toute la salle qui s’y est mise, suivant le tempo de Kalinka ou du Rouki Zouki. Bonne humeur garantie !

Infos pratiques : Comme chez Babcia, restaurant polonais. 13 rue Decrombecque, 62300 Lens. Fermé uniquement le lundi. Réservations possibles directement sur leur site internet.

Comme chez Babcia - Lens

Pour prolonger votre séjour à Lens et ses alentours, quelques idées :

👉 Week-end à Lens : conseils et idées visites
👉 Au coeur de la Grande Guerre avec le musée Lens 14-18

Cet article te plaît ? Alors n'hésites pas à le partager :