Chaque année, plus précisément le 4 décembre, les festivités de la Sainte-Barbe s’emparent de Lens et ses alentours. Une tradition tout feu tout flamme que je ne connaissais pas, bien qu’elle soit ancrée dans le Bassin Minier depuis de très nombreuses années et c’est avec Lens Liévin Tourisme et les #BlogueursHdF que j’ai eu la chance de participer à l’édition 2019 de ces fêtes, durant deux jours.

Sainte-Barbe Lens

Alors pourquoi fêter la Sainte-Barbe ? A quoi s’attendre de cet événement ? C’est ce que je vous propose de découvrir à travers notre expérience.

SOMMAIRE :

  1. Pourquoi fêter la Sainte-Barbe ?
  2. Au cœur de l’histoire des mineurs de fond.
  3. Une édition 2019 aux couleurs de la Pologne.
  4. Un final ardent avec la compagnie La Machine.

Pourquoi fêter la Sainte-Barbe ?

On peut être né, avoir grandi et vécu de nombreuses années dans les Hauts-de-France sans jamais avoir entendu parler des fêtes de la Sainte-Barbe. Moi la première, étant originaire de l’Aisne. Comme quoi il me reste encore beaucoup à apprendre sur ma propre région et ce n’est en aucun cas une honte.

Sainte-Barbe Lens

Sainte-Barbe” ou “Barbara” est la sainte-martyre et patronne des pompiers, artificiers mais aussi des mineurs. La légende raconte que Barbara était très courtisée mais qu’elle aurait refusé la demande en mariage d’un grand seigneur, ce qui a provoqué la colère de son père qui a fini par l’enfermer dans une tour pour la punir. Un jour, le Christ se révèle à elle et elle se convertit au Christianisme, ce qui provoque de nouveau la colère de son père qui tente de lui faire abandonner sa foi par tous les moyens. Il va donc la torturer, la brûler, la fouetter mais elle ne ressent jamais la douleur. Son père finit par la décapiter mais il est aussitôt frappé par la foudre et est réduit en cendres. Voilà pourquoi aujourd’hui, Sainte-Barbe porte à travers elle les symboles du feu, de la lumière et de la foudre.

Sainte-Barbe Lens

De ce fait, tous les métiers en rapport avec le feu et la foudre se tournent vers elle et entre autres, celui de mineur de fond qui la considère comme une protectrice face aux coups de grisou (explosions de gaz) et aux explosifs utilisés dans les mines. Ainsi, il n’est pas étonnant que les fêtes de la Sainte-Barbe s’articulent autour du feu, du bruit et de la lumière. Le tout pendant une semaine, dans une convivialité et une simplicité si caractéristiques de Lens et ses alentours.

 

Au cœur de l’histoire des mineurs de fond

Exposition “Lampes et objets de la Mine”

Pour l’édition 2019 des fêtes de la Sainte-Barbe, l’association “Sauvons la Fosse 13 bis de Lens Félix Bollaert” présentait “Lampes et objets de la mine”, une exposition spéciale à la Maison syndicale des Mineurs. Une collection incroyable d’objets issus de la mine, accumulés depuis plusieurs années par des passionnés. Pioches, pancartes, sculptures, casques, lampes… le tout accompagné d’explications sur le métier de mineur, l’utilisation de chacun de ces objets, les conditions de travail et de vie de l’époque. On réfléchit, on s’interroge, on compare à la vie d’aujourd’hui et on se rend compte que ces hommes avaient bien du courage de faire un tel métier.

Sainte-Barbe Lens

A l’étage, une reproduction de ce que l’on surnomme encore la “salle des pendus“. Un nom un peu glauque quand on y pense, mais c’est ainsi que l’on surnomme l’ancien vestiaire des mineurs, là où ils accrochaient leurs vêtements à la fin de leur service. Travailler dans la mine c’est sortir la “gueule noire” et le bleu de travail chargé d’humidité. Suspendre leurs vêtements à des crochets plutôt que dans des casiers leur permettait donc qu’ils sèchent plus vite.

Sainte-Barbe Lens

 

Vidéo-mapping à l’église Saint-Amé de Liévin

Malheureusement, les mineurs n’étaient pas à l’abri d’une terrible tragédie et ce, malgré la protection de Sainte-Barbe. C’est ce qui s’est passé en 1974, au fond d’une galerie de la fosse 3 de Liévin, un site important pour le territoire et la vie des mineurs, à quelques minutes de Lens : une explosion se produisit, entraînant 42 morts et plusieurs blessés. Ce fut le dernier malheur de ce genre, le dernier “coup de grisou” qui signa le déclin de l’activité minière.

Cette catastrophe, personne ne l’a oublié et pour rendre hommage aux victimes, les vitraux de l’église Saint-Amé ont fait peau neuve il y a quelques années. C’est d’ailleurs au sein de cet édifice que nous avons assisté au vidéo-mapping mettant en avant l’histoire et le patrimoine de la ville de Liévin.

vidéo mapping Liévin

Je ne saurais vous dire combien de temps a duré ce vidéo-mapping puisque j’étais totalement hypnotisée et je n’ai pas vu le temps passer. J’avais déjà assisté à ce genre de spectacles en extérieur sur des façades de monuments tels que la cathédrale d’Amiens, mais jamais en intérieur comme ici. Dans des espaces plus restreints comme l’église Saint-Amé, je trouve que cela a un côté plus immersif, plus intimiste. Difficile de ne pas se laisser happer par toutes ces formes et couleurs qui se balancent au rythme d’une musique un brin mystérieuse.

 

Une édition 2019 aux couleurs de la Pologne

Je vous en avais parlé dans un précédent article (juste ici), l’année 2019 marquait le centenaire de la signature d’une convention entre la France et la Pologne.

Relative à l’émigration et à l’immigration, cette convention signée le 3 septembre 1919 entraînait l’arrivée massive de travailleurs polonais dans le Bassin Minier afin de relancer l’économie française après la Première Guerre Mondiale. De ce fait, la région se voit dotée d’une communauté polonaise bien ancrée, avec une culture et des traditions qu’enfants et petits-enfants de mineurs ont à cœur faire perdurer.

Ainsi, l’affiche de la Sainte-Barbe 2019 (qui est tellement jolie que je l’ai encadré dans le bureau) portait les fleurs folkloriques polonaises et l’événement s’est accordé quelques temps forts durant la semaine. L’artiste polonaise Nespoon, par exemple, proposait un show live en pleine création au Louvre-Lens. Une de ses œuvres est d’ailleurs toujours visible si vous passez à l’Hôtel du Louvre-Lens et c’est de toute beauté.

Louvre-Lens Nespoon

Outre cette performance artistique, il y avait également le Bal de la Sainte-Barbe ou plutôt le “Bal Barbórka” sur la Scène du Louvre-Lens. Un grand moment au cours duquel nous nous sommes initiés aux danses polonaises, accompagnés d’un chorégraphe, d’une danseuse et d’un contreténor. Un grand moment !

Bal Barbórka Louvre-Lens

Pour finir, je vous rappelle que l’exposition “Kasimir Zgorecki, photographier la petite Pologne” est visible jusqu’au 30 mars 2020, dans le pavillon de verre du Louvre-Lens. Zgorecki faisait partie de ces mineurs qui vinrent travailler dans la région suite à la signature de la convention en 1919. Initialement mineur de fond, il devient par la suite photographe et offre de magnifiques clichés de ses compatriotes polonais dans le Bassin Minier.

 

Un final ardent avec la compagnie La Machine

Notre séjour à la découverte des fêtes de la Sainte-Barbe touchait bientôt à sa fin, mais le meilleur était à venir. Sainte-Barbe porte à travers elle le symbole du feu et il a fallu attendre que la nuit tombe pour que celui-ci jaillisse.

Sainte-Barbe LensSainte-Barbe Lens

Au départ du Louvre-Lens, nous voici partis pour une marche traversant Lens, Liévin et Loos-en-Gohelle, accompagnés des pyromènes de la compagnie La Machine. Nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Nous avons pris un flambeau et avons marché tranquillement en suivant les chariots enflammés, jusqu’à arriver à une destination qui ne nous est pas inconnue chez les #BlogueursHdF : la base du 11/19 de Loos-en-Gohelle, là où se font les apéros bière-fromage que nous aimons tant pour leur convivialité. C’est ici que la compagnie La Machine nous a offert un final pyrotechnique de toute beauté, que même la petite pluie n’a pas réussi à gâcher. Et comme des photos valent mieux que des mots…

Sainte-Barbe Lens

En bref, je ne saurais que trop vous recommander d’aller passer un week-end à Lens pour découvrir les fêtes de la Sainte-Barbe, ne serait-ce que pour l’intense convivialité et joie de vivre qui s’en dégagent. Ce que je vous présentais dans cet article n’est bien entendu qu’un aperçu, il y avait d’autres animations mais nous n’avions pas le temps de tout faire, il a fallu faire des choix. Comme chaque année, la Sainte-Barbe a lieu le 4 décembre. Vous êtes donc prévenus si vous souhaitez réserver votre séjour pour participer aux futures festivités…

Vous cherchez où manger ? où dormir pendant votre séjour à Lens ? Ces articles vous aideront peut-être :

 

Cet article a été réalisé en collaboration avec Lens Liévin Tourisme pour le collectif #BlogueursHdF. Cela n’influe en rien sur l’avis exprimé, je reste libre de ma ligne éditoriale.

Cet article te plaît ? Alors n'hésites pas à le partager :